Quand et comment a été créé le groupe?
Le projet est né suite à la décision d’arrêter notre ancien groupe Prohibition (nicolas laureau / fabrice laureau / ludovic morillon / quentin rollet) en 1999.
Nous avions envie de partir sur un projet instrumental et un jeune cinéaste nous a proposé de créer une bande son live pour des projections de ses courts métrages à la cinémathèque de Chaillot. Au final, le projet ne s’est pas fait mais cela a amorçé nos activité et comme nous avions enregistré une heure et demi de bandes, nous les avons sorties sur le premier et double album part1 – part2

D’où vient le nom du groupe?
Des boites d’enregistrement de ces sessions sur lesquelles nous indiquions nos initiales puisque nous n’avions pas de nom de groupe pour ce nouveau trio. Finalement, nous avons décidé de garder ce nom de code avec nos initiales, la précision qu’il s’agit d’un trio, le 3 est traduit en toutes lettres.

Quels musiciens vous ont influencés?
J’ai envie de citer en vrac Satie, Fela, Syd Barrett, Roger Watters, Fred Frith, Can,  …

Quels sont les aspects positifs et négatifs quand on est musicien en France?
Il est certain que les domaines culturels sont plus défendus qu’ailleurs. Même si cela est de moins en moins vrai, la musique arrive à échapper aux affres du tout commercial et continue à constituer une sorte de bastion culturel? Nous gérons les choses avec le désir de conserver une dimension artisanale. Nous sommes des artisans de la musique comme Harmony Corine, Vincent Gallo, Godard ou Straub&huilliets sont artisans du cinéma.

Quelles images avez-vous de la Finlande et des Finlandais?
En partie celles des films de Kaurismäki, j’ai croisé des musiciens et ai des amis d’origine Finlandaise, donc je vois beaucoup de gens différents. Je suis sûr que c’est un pays magnifique, pour le moment je n’ai pas eu la chance d’y aller. J’ai hâte de pouvoir

Connaissez-vous la musique finlandaise ou des artistes finlandais?
Uniquement à travers les films de Kaurismäki et des 45t étonnants que j’ai trouvés à Bimbo Tower, à Paris… le meilleur disquaire indépendant français.

Comment pourriez-vous définir votre style musical?
Difficilement. Musique instrumentale à mi chemin entre rock et jazz… le tout traité dans une esthetique moderne et aventureuse

Avez-vous le sentiment que votre style musical a beaucoup changé au cours des années?
Je pense que tout ce que nous faisons maintenant était déjà présent dans nos anciens projets. Simplement notre musique a muée.

Comment percevez-vous ces changements et comment les expliquez-vous?
Le temps fait ça très bien

Avez-vous déjà envisagé de changer totalement de style musical?
Etant autididacte je n’aborde pas la musique avec l’idée de genre musical. Nous ne pourrons jamais faire de choses classiques, académiques. Nous recherchons notre voie, nous parcourons notre chemin.

Quel est, dans votre répertoire, le titre que vous préférez?
Tous.

Faites-vous régulièrement des tournées?
Oui, surtout à l’étranger.

Préférez-vous la scène ou le studio? Pour quelles raisons?
Les deux, ce sont deux étapes très différentes et complémentaires. Ceci dit, le studio permet d’être proches de nos familles, de nos enfants et compagnes… les tournées sont des périodes plus fatiguantes.

Pendant la préparation d’un titre ou d’un album, quelle est l’étape que vous préférez?
La recherche et les arrangements.

Quelles musiques écoutez-vous en ce moment?
Devendra Banhart, un chanteur follk americano-vénézuelien de 23 ans qui est une vértitable révélation, le “Elvis” de 2004!

Que pensez-vous d’Internet en tant que musiciens et compositeurs?
C’est très pratique pour communiquer et échanger des fichiers sons.

Pensez-vous qu’Internet représente une réelle menace pour les artistes (au sujet des droits d’auteurs)?
Non.

Quels sont vos projets?
Nous terminons la création d’un live sur “Que Viva Mexico!” de S. Eisenstein. Il s’agit donc d’un concert de 1h30 sur le chef d’oeuvre du plus grand cinéaste russe. C’est un beau projet. Nous allons donner plusieurs concerts en France et montons une tournée à l’etranger. Qui sait? peut être en finlande?

Seriez-vous prêts à venir dans le “Grand Nord” pour faire quelques concerts?
Bien sûr!!