Pourriez-vous nous dire ce qui vous a fait embrasser une carrière politique?
Je militais depuis longtemps dans le mouvement étudiant. Une opportunité s’est présentée dans le quartier où j’habitais d’avoir un poste de responsabilité politique. J’avais envie de continuer à défendre l’idéal que je portais depuis le mouvement étudiant sur une plus large échelle, cette opportunité en a été l’occasion.
 
Les médias font parfois passer un message contradictoire sur l’expatriation. On la présente soit comme une chance pour le pays soit comme une menace (fuite des cerveaux et du savoir-faire). Quel regard portez-vous sur l’expatriation?
Je pense que l’expatriation, qu’elle soit pour travailler ou pour étudier est une bonne chose. Je ne porte pas de jugement de valeur sur le choix fait par les personnes qui décident de s’expatrier, cela fait partie des libertés individuelles de choisir son lieu de résidence et de travail. Partir ce n’est pas oublier son pays. C’est un moyen concret de le promouvoir.
 
Certains expatriés peuvent parfois avoir le sentiment d’être considérés par leur pays comme des citoyens de seconde classe… que souhaiteriez-vous leur dire à ce sujet?
La distance peut mener à un décalage mais le monde actuel nous rapproche. Je reste attentif dans mon engagement politique à ce qu’aucune discrimination sociale ou politique ne soit faite entre les citoyens.
 
Quel message souhaiteriez-vous faire passer à la Communauté Française de Finlande?
Réchauffez la Finlande et contribuez à apporter à notre pays les qualités d’une culture et d’une civilisation différentes.